Les costumes provençaux : comment se vêtir

 

Costumes femme et fillette à vendre : ici !

 

Les costumes provençaux

    Nos costumes se distinguent par la gaieté des couleurs et la variété des formes. Comme de tous temps, le costume était conditionné par les classes sociales. On distingue trois classes :

Bastidane.


    - Les paysans : de condition plus ou moins modeste, ils portent en semaine un vêtement de travail pratique et simple. La paysanne porte une jupe rayée rouge ou bleu et blanc, en tissu solide, une chemise simple en chanvre ou en lin et par-dessus, un corset en de coton piqué blanc. En hiver, elle porte un caraco en indienne et un fichu en coton imprimé aux couleurs assorties. Sa coiffe en coton est simple : elle comporte peu d'ornements et s'ajuste par des coulisses et des brides sous le menton. Un tablier de coton imprimé vient compléter la tenue.

    - Les artisans : de condition supérieure aux paysans, leur costume est plus riche. L'artisane porte une coiffe plus orenmentale que celle de la paysanne : ornée de dentelles tuyautées, elle est réalisée dans un tissu plus fin. Elle porte également une robe en coton imprimé agrémenté d'un fichu en coton imprimé ou de tulle brodé le dimanche et les jours de fête. Comme la paysanne, elle porte un tablier mais en soie : il a alors surtou pour fonction de cacher l'ouverture de la robe.

    - Les bastidans : niveau social encore au-dessus des précédents. La tenue de la bastidane est la plus riche : elle porte un jupon piqué et un caraco de soie. Sa fine coiffe est ornée de dentelles tuyautées et son fichu est en tulle ou en fin lion brodé. Son tablier, comme pour l'artisane, a une fonction plus décorative qu'utilitaire et est confectionné en soie. De riches bijoux viennent agréementer la tenue.

Paysanne.

La bastidane (photo ci-dessus) porte un jupon piqué en indienne, un caraco et un tablier de soie. Elle porte également un fichu en tulle brodé et une coiffe en dentelles. Des mitaines longues viennent compléter la tenue.

 


    Historiquement, les caractéristiques régionales du costume provençal se dessinent au cours du XVIIIe siècle. Elles ne cesseroent d'évoluer parallèlement à la mode "de Paris" pour disparaitre quasi définitivement au tourant du XIXe et du XXe siècle avec la diffusion d'une mode unique et l'uniformisation des tenues.


La coiffe, élement essentiel du costume féminin :

Il était inconcevable pour une femme de sortir tête nue, ainsi, le costume provençal féminin ne se porte jamais sans coiffe.

Les coiffes présentent une infinité de formes différentes, caractérisants souvent une région ou un métier, une condition, une période. Les coiffes portées par notre groupe sont principalement des coiffes à "gauto" et des "courduro" ornées de dentelles tuyautées.

 

 

Coiffe de bastidane.

Autre élément indispensable du costume, le fichu :

Esthétique et pratique, le fichu est un élément indispensable du costume provençal. Il est le plus souvent en coton imprimé ou, pour les grandes occasions et les personnes de conditions, blanc et en tulle ou voile fin brodé.

Le jupon piqué, éléménent le plus spectaculaire du costume féminin provençal :

La jupe en coton piqué donne tout son charme (et son ampleur) à la silhouette femme provençale. Il pouvait être aussi porté sous une jupe pour lui donner de l'ampleur, il se portait blanc et agrémenté de décors au "boutis" pour les mariages.

 

 

L'homme et sa "taiole" :

La taiole n'est pas un élément caractéristique de la Provence et se retrouve dans différentes régions. Son rôle était avant tout utilitaire : elle réchauffait les reins et leur servait de soutient. L'homme porte également un gilet en toile épaisse broché ou plus fin, en coton imprimé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×